Une ado libérée d'une tumeur de deux kilos au visage

Publié le par Planète-Eléa

 

"Je veux pouvoir me regarder dans le miroir et y voir quelqu'un d'autre", voilà les mots poignants de Hennglise Dorvial, 15 ans. Cette adolescente vivant en Haïti souffrait d'une gigantesque tumeur de près de deux kilos lorsque les chirurgiens américains l'ont opérée.

Après l'opération, Hennglise a pu retrouver une vie sociale © Operation Smile.

La tumeur était apparue sur les sinus de la jeune fille il y a quatre ans. Elle avait alors la taille d'un petit pois. Quatre années plus tard, elle avait atteint un poids de deux kilos et avait totalement déformé le visage de l'adolescente, méconnaissable.

Une oeuvre de charité, Operation Smile, a alors eu connaissance du sort dramatique de Hennglise Dorvial et l'a prise en charge. Arrivée en Virgnie, aux États-Unis, le mois dernier, elle a pu y être opérée. Il aura fallu plus de douze heures aux équipes de chirurgiens pour la délester de sa tumeur handicapante.

William McGee, l'un des médecins d'Operation Smile, a confié que la tumeur de la jeune Haïtienne était la plus imposante qu'il ait jamais ôtée à un patient. Dans son malheur, Hennglise aura eu la chance que l'excroissance ne pénètre pas le cerveau. Elle n'a par contre aucune chance de recouvrer la vue au niveau de l'oeil gauche, complètement décentré et abimé lorsque la tumeur avait envahi son visage.

Aujourd'hui, l'adolescente a retrouvé son pays natal et se remet de l'opération. Son visage est toujours déformé, mais elle n'est plus l'objet de regards interloqués comme auparavant. Il y a un an, elle avait même arrêté l'école tant il lui était difficile de vivre avec les moqueries. Sa petite soeur de 14 ans est, selon ses propres dires, "sa seule amie". Trop écoeurée par ce qu'elle endurait, elle n'a même pas hésité quand l'opération lui a été proposée. C'est sans crainte qu'elle s'en est remise aux compétences des médecins américains. Une nouvelle vie s'offre aujourd'hui à elle.

 

Par http://www.7sur7.be/

Publié dans Infos santé

Commenter cet article