Pink Ladies : pagayer contre le cancer du sein

Publié le par Planète-Eléa

« Il y a une vie pendant et après le cancer du sein » est leur slogan. A Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), les Pink Dragon Ladies se retrouvent sur un dragon boat pour se reconstruire. Objectif : pagayer contre le cancer du sein. A la veille de la journée mondiale de lutte contre le cancer ce 4 février, coup de projecteur sur un équipage rose d’une vingtaine de femmes soudées et débordantes d’objectifs.

« Ce groupe est né en octobre 2013, d’un partenariat entre la ligue contre le cancer, la clinique mutualiste de l’estuaire de Saint-Nazaire et le Saint-Nazaire Olympique-Sportif (SNOS) », souligne Gérard Lemonnier, le président de la section canoé-kayak du SNOS, à laquelle est associée cette pratique.

Agées de 40 à 72 ans, ces pink ladies souffrent ou ont souffert d’un cancer du sein. « Leur participation est soumise à une validation médicale », précise M. Lemonnier, qui fait référence aux bienfaits du canoé-kayak et plus généralement d’une activité physique adaptée. Comme l’a montré un médecin canadien – Dr Don McKenzie de l’Université de Vancouver, n.d.l.r. – le fait de pagayer, dans un mouvement du haut vers le bas, réactive les voies de circulation lymphatique et permet d’améliorer la rééducation du bras situé du côté opéré ».

Pour le corps et la tête

L’activité renforce aussi les muscles dorsaux, améliore la mobilité de l’épaule, diminue la sensation de fatigue, permet une meilleure tolérance des traitements. Comme c’est le cas de toute activité physique adaptée (APA), elle réduit aussi le risque de récidive et augmente le taux de survie des patientes. Sans compter bien sûr, l’impact psychologique, avec la confiance retrouvée et une meilleure estime de soi. Bref, un mieux-être ! Gérard Lemonnier insiste également « sur la lutte contre l’isolement créé par la maladie et les bienfaits d’une pratique en groupe. Elles discutent beaucoup sur le bateau et s’encouragent ».

L’an passé, 22 femmes ont embarqué dans l’aventure, jusqu’à participer à la Vogalonga, une randonnée nautique de 32 kms organisée à Venise (Italie). « Un tel objectif a nécessité beaucoup d’entraînement », poursuit le président. « D’une manière générale, elles se retrouvent une fois par semaine, le samedi matin sur l’étang du Bois Joalland à Saint-Nazaire. Et ce, qu’il pleuve, neige ou vente. »

En 2017, leur embarcation de 22 places et 250kg devrait les emmener sur la Vilaine entre Arzal et la Roche Bernard (Morbihan) au printemps 2017. Mais aussi dans le Golfe du Morbihan lors d’un regroupement des Pink Dragon Ladies de France à l’occasion de la semaine du Golfe (22-28 mai). Il existe en effet de nombreuses associations et structures de ce type en France. Pour en savoir plus sur la section nazairienne, rendez-vous sur : http://www.pdl-stnaz.fr/.

 
 

Publié dans Infos santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article