Arrêter de fumer… et ne pas rechuter !

Publié le par Planète-Eléa

tabac-arretok

 

Se débarrasser de la cigarette sans aucune aide, c’est l’échec assuré dans 97% des cas ! Cette terrible statistique pousse la Haute Autorité de Santé (HAS) à publier aujourd’hui de nouvelles recommandations pour favoriser le sevrage tabagique. Ces dernières laissent une grande place au médecin traitant et ne considèrent toujours pas la cigarette électronique comme une aide.

« Le tabac demeure un fléau inégalé de santé publique qui tue un fumeur régulier sur deux et fait perdre 20 à 25 ans d’espérance de vie » continue de marteler la HAS. « C’est la première cause de mortalité évitable en France. » Pour stopper ce serial killer, l’Autorité publie de nouvelles recommandations, sachant que les dernières dataient de… 2003 !

Le médecin traitant, un allié de choix

Pour une meilleure efficacité – sans rechute donc – l’accompagnement par le généraliste doit être au centre de la démarche d’arrêt du fumeur. La HAS recommande « aux médecins de dépister le statut tabagique de chaque patient et surtout de conseiller systématiquement l’arrêt du tabac de manière précise. » Très concrètement, « ce suivi doit faire l’objet de consultations dédiées permettant de délivrer un soutien psychologique, des conseils personnalisés et un suivi médical, conditions d’une plus grande réussite. »

Bien entendu, le dialogue seul ne suffit pas toujours. C’est pourquoi l’accompagnement peut être complété par des traitements à base de nicotine (patchs, gommes, comprimés à sucer, inhalateurs…). Des substituts de première intention qui devront être adaptés à chacun.

Quid de la cigarette électronique ?

Dernière arrivée sur le marché du sevrage tabagique, la e-cigarette n’est pourtant, selon la HAS, « toujours pas recommandée à ce jour comme outil d’aide à l’arrêt du tabac, car son efficacité et son innocuité n’ont pas été suffisamment évaluées. » Pour autant, « sa toxicité est beaucoup moins forte qu’une cigarette. Son utilisation chez un fumeur qui a commencé à vapoter et qui veut s’arrêter de fumer ne doit donc pas être découragée. » Là encore, mieux vaut en parler avec votre médecin traitant.

N’oublions pas enfin qu’il existe des outils dédiés au sevrage tabagique. C’est le cas de tabac-info-service. Ce service de l’INPES rappelle en outre « qu’arrêter de fumer n’est pas un sprint, mais une course de fond ! » Sur www.tabac-info-service.fr, prenez le temps :

  • D’analyser votre rapport au tabac ;
  • De vous préparer à l’arrêt ;
  • De découvrir les astuces pour tenir bon.

Publié dans Infos santé

Commenter cet article