Inde : Des "love commandos" au service de l'amour

Publié le par Planète-Eléa

 

aujourdhuilinde.com.jpg

 

Pour répondre aux besoins des jeunes couples victimes de menaces ou harcelés par leur famille, quelques âmes dévouées ont mis en place une ligne téléphonique en continu. Aujourd’hui, plus de 2000 volontaires aident les 3000 personnes qui appellent quotidiennement.

 

 

Le téléphone sonne. Sanjay Sachdeva répond. Au bout du fil, un jeune homme lui demande conseil. Il peine à affronter sa famille, furibarde qu'il fréquente une fille d'une caste inférieure. Des appels comme celui-ci, Sanjay en reçoit des dizaines par jours. Dans sa Kurta blanche, l'homme apparaît comme un saint. Les yeux plongés dans le vide, il retrace les histoires qu'il a vécu dans son combat pour la jeunesse, il imagine les défis qu'il lui reste à accomplir.
 
Depuis vingt ans, Sanjay se bat pour la liberté des jeunes indiens et l'acceptation de l'amour dans une société encore très conservatrice. Après les Valentine's peace commandos, groupe militant contre les bigots qui s'en prennent aux jeunes couples lors de la Saint Valentin, il vient de créer les love commandos pour lutter contre les crimes d'honneur.
Plus de mille jeunes sont tués chaque année en Inde à cause de leur comportement jugé irrespectueux par leurs familles. Religion, communauté, caste, famille : les relations amoureuses entre deux personnes appartenant à deux milieux différents ne sont pas toujours acceptées par leur entourage. Harcelés, menacés et parfois tués par leurs proches, ces couples se retrouvent totalement démunis face à la pression sociale qui refuse le principe de l'amour.
2000 volontaires, journalistes, médecins, étudiants, activistes, avocats et ingénieurs se sont joints à la cause défendue par Sanjay. Une semaine après le lancement, « il est impossible de dire combien on est. Tous les jours, des hommes et des femmes de tous les Etats et de tous les âges proposent leur aide » déclare Sanjay. "Il y a tellement d'opposants à notre cause que les gens se sentent concernés et ont envie d'apporter leur pierre à l'édifice" ajoute-il. Un enthousiasme dû à la série noire des derniers mois, qui ont vu les crimes d'honneur se succéder à une vitesse effrayante.
Une ligne en continu qui a été ouverte pour porter assistance aux jeunes menacés. "Certains appellent pour savoir comment faire pour se marier sans l'aval de leur famille. On leur donne des conseils, des adresses. S'ils sont de la même religion, on peut les marier directement grâce à notre réseau. D'autres, plus jeunes, ne savent pas comment vivre leur relation amoureuse. Les cas les plus délicats impliquent souvent les demandes pour une protection policière", explique le fondateur. En provenance d'Inde mais aussi des Etats-Unis ou d'Angleterre, les appels n'en finissent pas. Le téléphone sonne plus de 3000 fois par jour !
Bilan de la semaine de lancement ? "C'est un succès auquel on ne s'attendait pas" s'exclame Sanjay. "Nous sommes les seuls à nous positionner ouvertement sur le sujet. Les partis politiques en parlent parfois, mais, à droite comme à gauche, c'est le silence qui domine en général. Pourtant, ils devraient se lever et agir", s'emporte-il, les mains au ciel.
Les yeux bleus du vieil homme s'assombrissent. Les love commandos ont reçu plusieurs menaces de mort en quelques jours. "La semaine dernière un homme hindou nous a appelé. Il était en couple avec une musulmane, ce qui était très mal vu par sa famille. Nous les avons conseillés, mais les menaces ne se sont pas fait attendre. Les fondamentalistes les ont harcelés au téléphone, ils nous ont appelé pour nous dire de nous mêler de ce qui nous regardait. Ils ont essayé de nous faire peur", raconte-t-il en pesant ses mots.
Cet investissement en temps et ce don de sa personne, Sanjay le fait pour une chose à laquelle il croit par dessus tout: l'amour universel. "L'Inde est le pays de l'amour, sourit-il. Pas celui de la haine".
par Stéphane Stag - http://www.aujourdhuilinde.com

Publié dans Infos du Monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article