Du bon usage des babyphones

Publié le par Planète-Eléa

 

 

Le babyphone n’est pas indispensable à la sécurité de bébé. Seul impératif : le coucher sur le dos, sans couverture ni peluche.

Parce qu’ils permettent de veiller à distance sur bébé, les babyphones constituent un « indispensable » pour les jeunes parents. Mais leur utilisation soulève des questions. Où doit-on les disposer ? Quand réagir ? Eléments de réponse à partir notamment des récentes recommandations de l’Agence nationale de Sécurité sanitaire de l’Alimentation, de l’Environnement et du Travail (ANSES).

 


Que penser des ondes émises ? Mardi 15 octobre 2013, l’ANSES a publié le résultat de son évaluation des risques liés à l’exposition aux radiofréquences. Sa conclusion : l’étude de l’ensemble de la littérature scientifique « ne met pas en évidence d’effet sanitaire avéré et ne conduit pas à proposer de nouvelles valeurs limites d’exposition de la population ». Avec un bémol toutefois concernant l’innocuité des téléphones sans fils DECT, des tablettes tactiles et des veille-bébé.

L’ANSES demande ainsi que « ces dispositifs courant émetteurs de champs électromagnétiques et utilisés près du corps, fassent l’objet de l’affichage du niveau maximal d’exposition engendré (DAS) par exemple, comme cela est déjà le cas pour les téléphones portables ». Par précaution, pour réduire au maximum l’exposition, placez le babyphone à un mètre de la tête de lit. Il sera tout aussi efficace qu’à 50 cm mais vous diviserez par quatre la puissance du champ électromagnétique. Et éteignez l’appareil lorsque vous ne l’utilisez pas.

Sont-ils vraiment indispensables ? « Ces dispositifs sont particulièrement intéressants quand la chambre de bébé est très éloignée de celle de ses parents ou dans une atmosphère bruyante », rappelle le docteur Christine Coquart (Lyon). « On sait en effet aujourd’hui qu’il est inutile de laisser pleurer un jeune enfant sous prétexte de lui apprendre à se rendormir seul ou pour éviter qu’il ne devienne capricieux. »

En revanche, si la chambre de bébé est proche de la vôtre, vous pouvez vous en passer. Ne vous inquiétez pas, vous l’entendrez pleurer et crier. Il est vrai que vous passerez sans doute à côté de tous les petits bruits caractéristiques du nouveau-né. Mais ça, c’est plutôt une bonne chose…

« Les nourrissons ont des phases de sommeil agité durant lesquels ils émettent des bruits de succion, adoptent une respiration plus forte et irrégulière, agitent leurs bras et leurs jambes », poursuit le médecin. « Le risque, avec un babyphone, serait de confondre tous ces signes du sommeil agité avec des signes d’éveil. Et, voulant bien faire, de prendre bébé dans les bras pour le consoler et donc de le réveiller brutalement. »

Enfin, insiste-t-elle, contrairement à ce que peuvent laisser sous-entendre certains fabricants, ces dispositifs ne ramènent pas le risque de mort subite à zéro. Pour prévenir ce dernier, veillez surtout à coucher Bébé dans son propre lit, sur le dos, sans couverture, peluche, ni tour de lit. Quant à la température de sa chambre, elle doit être comprise entre 18° et 20°C.

 

 

Ecrit par : Aurélia Dubuc – Edité par David Picot - http://destinationsante.com/

Source : Interview du docteur Christine Coquart, médecin homéopathe à Lyon et auteur de « Mon bébé mois par mois 0-1 an » chez Nathan, le 10 décembre 2013.

Publié dans Infos santé

Commenter cet article