Encourager les femmes obèses à allaiter

Publié le par Planète-Eléa

 

 

Destination-sante.jpg

 

 

Les bienfaits de l’allaitement maternel sont nombreux. Cependant, les femmes en surpoids ou obèses font souvent le choix de ne pas allaiter. Gène corporelle ou crainte que le lait soit de mauvaise qualité, les clichés pour ne pas nourrir au sein sont légions. Pourtant, deux études ont déjà montré que le poids n’était en aucun cas un obstacle.

Dès 2008, une étude menée par l’INSERM précisait que 10% des femmes en âge de procréer souffraient d’obésité. « Ces femmes rencontrent davantage de problèmes pour allaiter que les autres, sans pour autant que les raisons aient vraiment été explorées » explique le Pr Régis Hankard, du centre d’investigation clinique INSERM du CHU de Poitiers. Après étude de cas, il s’est avéré que seulement 48% des femmes obèses faisaient le choix de l’allaitement contre 64% des mères témoins. « Elles évoquent essentiellement des soucis d’image corporelle, notamment la gêne d’allaiter en public, et sont plus souvent convaincues que leur lait n’est pas suffisamment nourrissant. Elles rencontrent d’ailleurs plus de problèmes d’ordre technique à cause de la taille de leurs seins », décrit le Pr Hankard.

 

Comment encourager les femmes obèses à allaiter ? Deux études américaines ont montré qu’un suivi personnalisé permettait aux femmes en surpoids ou obèses de se sentir plus à l’aise avec l’allaitement. Deux groupes de mères ont été comparés. Les premières correctement informées sur le sujet. Les secondes, également documentées, ont bénéficié de conseils de professionnels. Résultat, 1 femme sur 2 avait cessé de nourrir son enfant au sein à 8 semaines dans le premier groupe, contre seulement 1 sur 3 dans le second. L’auteur a tenu à rappeler « qu’avec un conseil personnalisé, les femmes obèses étaient enclines à l’allaitement. »

 

Source : INSERM, août 2008 ; Federation of American Societies for Experimental Biology, 25 avril 2010.

Publié dans Infos santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article