Le meilleur thermomètre pour votre enfant

Publié le par Planète-Eléa

 

Destination-sante.jpg

 

 

 

Le thermomètre est un « incontournable » de votre équipement de puériculture. Depuis l’interdiction des appareils au mercure à la fin des années 90, de nombreux modèles sont proposés. Petit tour d’horizon, du classique « électronique » au thermomètre… à distance.

 

Le thermomètre électronique est le plus commun. Il permet le plus souvent une prise de température anale –la plus précise- buccale ou axillaire, c’est-à-dire au niveau de l’aisselle. Dans ces deux derniers cas, il faut bien souvent ajouter entre 0,5 et 1°C selon les modèles, pour se rapprocher de la température corporelle centrale. Quant aux prix, ils varient de 5 à 20 euros voire davantage.

 

Le thermomètre auriculaire : grâce à un système infrarouge, il mesure la température émise par la membrane tympanique. Pour éviter les erreurs, il exige toutefois un geste précis. Comme le fait de tirer doucement le pavillon de l’enfant vers l’arrière. Point positif : la température s’affiche en un temps record, généralement moins de 5 secondes. Les prix oscillent selon les modèles, entre 10 et 50 euros.

 

Le thermomètre frontal : il s’agit le plus souvent d’une bandelette à cristaux liquides. Posé sur le front, il indique une température… approximative. Il faut bien souvent ajouter 2 à 3°C pour se rapprocher de la réalité. A utiliser avec discernement ou en complément d’autres appareils, plus précis. Comptez tout de même 30 à 40 euros…

 

Le thermomètre à distance : grâce à un faisceau infrarouge, il prend la température sans même qu’un contact physique soit nécessaire. Il suffit de le pointer à une dizaine de centimètres du front ou du corps de l’enfant. Les résultats sont annoncés comme fiables… par les fabricants. L’intérêt réside surtout dans sa praticité. Lorsque Bébé dort, plus besoin de le réveiller. Pour les derniers modèles intégrant un code couleur en fonction de la température, il vous faudra débourser une soixantaine d’euros.

 

Pour tout connaître de ces différents systèmes, interrogez votre pharmacien. Et rappelons enfin que les professionnels de santé parlent de « fièvre » à partir (seulement) d’une température supérieure à 38°C. « Ce n’est qu’à partir de 38°C qu’il est éventuellement utile d’entreprendre un traitement », ajoute même l’Agence française de Sécurité sanitaire des Produits de Santé. En fonction des symptômes, n’hésitez surtout pas à solliciter l’avis d’un médecin ou d’un pharmacien.

 

Source : Société canadienne de pédiatrie, février 2009 - AFSSaPS

Publié dans Infos santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article