Le patch contraceptif, un timbre par semaine

Publié le par Planète-Eléa

 

Un petit timbre adhésif d’environ 4cm de côté à coller chaque semaine sur votre peau. Voilà le patch contraceptif. Cette méthode efficace et pratique contient une combinaison d’estrogènes et de progestatifs de 3e génération. Le Dr David Serfaty, gynécologue à Paris, nous explique tout l’intérêt de cette méthode dans la vidéo ci-dessous.

 


Peu utilisé, le patch contraceptif présente pourtant de nombreux avantages. Il se colle sur la peau et reste efficace pour une durée de 7 jours. Et ce, trois semaines par mois. La dernière semaine, vous aurez vos règles, comme avec une pilule. Mais bien sûr, vous pourrez retarder celles-ci en enchaînant 6 semaines de patchs. Par conséquent, les risques d’oublier votre contraception sont fortement diminués.

Autre atout : si malgré tout vous avez omis de le changer au bout de sept jours, vous bénéficiez d’une marge de sécurité avec 48 heures d’efficacité supplémentaire. Enfin, cette contraception est bien visible. Ce qui peut représenter un atout non négligeable pour vous et pour votre partenaire.

 

 

 

 

 

Une méthode adaptée au mode de vie contemporain

De couleur chair, le patch contraceptif mesure 4 cm de côté, se colle sur le bras, les fesses, le dos, le bas du ventre… A vous de choisir. Sa colle thermique garantit sa très bonne adhésivité et son étanchéité (douche, bain, sport…).

Son mode d’action et son efficacité sont similaires à la pilule contraceptive. Les hormones de synthèse bloquent l’ovulation, agissent sur la glaire cervicale et rendent la muqueuse utérine impropre à la nidation. Evidemment, ce moyen contraceptif présente les mêmes risques veineux. C’est pourquoi il est important de consulter un gynécologue pour déterminer avec lui si cette méthode hormonale peut vous convenir.

 

 

Ecrit par : Dominique Salomon – Edité par : Emmanuel Ducreuzet - http://destinationsante.com/

Source : www.choisirsacontraception.fr/, consulté le 10 juillet 2013 – interview du Dr David Serfaty, gynécologue à Paris, au 23e Salon de gynécologie obstétrique pratique, 20, 21 et 22 mars, Paris 2013

Publié dans Infos santé

Commenter cet article