Les devoirs, au calme, sans pression

Publié le par Planète-Eléa

 

A l’entrée en sixième, davantage de devoirs à la maison

L’entrée au collège bouleverse la vie de votre pré-ado. Notamment au niveau des devoirs. Il doit en effet apprendre à planifier son travail sur le long terme et à se concentrer davantage. Autrement dit, téléphone portable, ordinateur et autres tablettes devront rester silencieux. Au moins le temps des devoirs….

 


Selon une étude IFOP menée en 2010, un collégien en classe de sixième consacre en moyenne 62 minutes par jour à ses devoirs. Si chaque enfant est différent, ce moment indispensable à son instruction doit s’effectuer dans le calme. Certes, vous n’êtes pas obligé de lui créer une ambiance monacale, mais veillez à ce qu’il soit dans un environnement silencieux. Ou du moins pas pollué par les appels téléphoniques, les SMS ou encore les invitations MSN.

De la musique ? Pourquoi pas ? Au-delà du silence, l’important en réalité est de limiter les sources de déconcentration. Il préfère un fond musical ? Inutile de lui interdire. Quelques signes pourront toutefois vous indiquer que votre enfant a plutôt besoin de calme. Par exemple, s’il se bouche les oreilles pour apprendre sa poésie, s’il fronce les sourcils lorsque quelqu’un ou quelque chose fait du bruit, s’il cherche à s’isoler lorsqu’il doit se concentrer sur une tâche difficile…

D’abord le goûter, puis les devoirs… Ne lui mettez pas la pression dès son retour du collège. Laissez-lui le temps de prendre tranquillement un goûter afin qu’il puisse décompresser et recharger les batteries. Ensuite, veillez à ce qu’il ne traîne pas trop devant la télévision ou sur toutes sortes d’écran. Il n’a pas de devoirs pour le lendemain? Encouragez-le à relire les cours de la journée pour faciliter la mémorisation. Votre collégien doit par ailleurs apprendre à anticiper, ne pas attendre la veille d’un contrôle pour réviser. Et pour l’encourager à acquérir cette bonne habitude, vous devrez être en première ligne. Si cela lui pèse dans un premier temps, il en remarquera rapidement les effets bénéfiques.

Etre ou ne pas être derrière lui ? Ici le maître-mot est de vous rendre disponible. L’objectif, c’est de toujours pouvoir l’aider. Mais surtout, ne faites pas ses devoirs à sa place. Evitez aussi de corriger toutes ses fautes, mieux vaut lui dire qu’il y a des erreurs et de le laisser les trouver. Enfin ne restez pas constamment derrière lui. Vous risquerez de créer une forme de pression. Objectif, zéro stress pour apprendre sereinement.

 

 

Ecrit par : Emmanuel Ducreuzet – Edité par : David Picot - http://destinationsante.com

Source : Eduquer son enfant pour les Nuls de Marie Bernard et le Dr Stéphane Clerget, First Edition – Mon guide, la Santé de mon enfant 11-13 ans, Editions Pascal, Mutualité française

Publié dans Education et loisirs

Commenter cet article