Les sites matrimoniaux, une affaire en or en Inde

Publié le par Planète-Eléa

 

aujourdhuilinde.com.jpg

 

Mariages arrangés, internet et business font bon ménage en Inde, notamment grâce aux agences en ligne. Retour sur une affaire qui marche, à des années lumières de nos propres sites de rencontre.

 

Il y en a des dizaines créés chaque année en Inde. Très lucratifs, les site de rencontres "matrimoniales" en ligne s'adaptent à toutes les catégories de population du pays. Les chrétiens, les Indiens expatriés (NRI)…ou encore les gros. Pour ces derniers, il y a overweightshaadi.com, une étoile montante du genre, puisque l'Inde est sévèrement touchée par le diabète et l'obésité. Overweightshaadi.com, ou comment résoudre le dilemme de milliers de mamans indiennes, traumatisées de ne pouvoir trouver un(e) fiancé(e) pour leurs enfants en surpoids.

 

A côté des petits poucets, qui se concentrent sur des niches précises, on trouve de véritables géants, entre Shaadi.com et Bharat Matrimony, qui profitent des retombées énormes découlant du mariage en Inde. Entre des contrats publicitaires juteux et un panel de services très variés –voyages de noce, réception, listes de mariage- on comprend rapidement que ce genre de sites sont de véritables poules aux œufs d'or.

 

Le pays possède des caractéristiques qui en font la proie rêvée des sites de rencontre avec ses 60 millions de célibataires en dessous de 35 ans, ses nombreux cybercafés et une tradition qui autorise toutes les extravagances et toutes les dépenses lors d'un mariage. Autre avantage pour les sites indiens : les grandes enseignes occidentales, telles que Match ou Meetic, peinent à s'insérer sur un marché si différent de leurs cibles classiques.

Dès lors, pas étonnant que Shaadi et autres aient su parfaitement s'intégrer dans le paysage indien où 90% des unions sont arrangées par la famille, ce qui laisse habituellement peu de place à l'individu. Un fait un peu remis en cause par les sites matrimoniaux. "Il y avait un besoin pour de tels sites. Avant internet, les annonces matrimoniales étaient très similaires à ce qui se fait maintenant. Mais ces annonces étaient publiées par les parents, alors qu'aujourd'hui ce sont les intéressés eux-même qui s'inscrivent", commente Patricia Uberoi, sociologue basée à New Delhi.

 

Sur Shaadi, comme sur tous les sites concurrents, une personne peut faire son choix en fonction de critères précis, qui incluent souvent religion, couleur de la peau, caste ou même horoscope. Il s'agit d'échapper à la pression familiale, avoir un peu d'intimité tout en répondant au besoin impérieux de se marier dans son milieu social, une façon de réinterpréter la tradition : "Beaucoup de couples se rencontrent via internet, et une fois leur décision prise, font en sorte que leurs parents l'approuvent. Cela devient alors un ‘mariage arrangé', indirectement", révèle Mme Uberoi.

Sélectionner l'Heureux(se) élu(e) e via une série de critères de choix n'est pas vraiment romantique. Normal, puisque la grande majorité des Indiens préfère concevoir le mariage comme une alliance entre deux familles. Faire un mariage d'amour, souvent appelé "mariage de Cour", (en l'absence de consentement parental, ce sont les cours de justice qui valident l'union ) est extrêmement dévalorisant pour les "fautifs".

 

Mais si les sites de rencontres connaissent un succès fulgurant, ils génèrent aussi une forte croissance pour une activité bien différente : celle des détectives privés, chargés de faire des enquêtes pré-mariage.  Ajit Singh, un des "privés" de New Delhi, revient sur ce boom. Pour lui, c'est 25 % de son chiffre d'affaires annuel qui dépend de ces enquêtes pré-mariage ; et l'activité est en pleine expansion.

 

"Aujourd'hui, tout le monde se paye mes services, pas seulement les classes supérieures. Vous comprenez, avec ces sites, il n'y a plus de garantie de bonne moralité pour les futurs époux. Il y a peut-être 10% des profils en ligne qui sont entièrement faux ; et 80% qui présentent des erreurs. Je suis chargé de vérifier tout ça, notamment le niveau de salaire…". Le détective est pragmatique, mais pas autant que ses clients. Il y a bien trop en jeu pour eux, et peu de place pour le romantisme.

 

 par Françoise Lanby - http://www.aujourdhuilinde.com/

Publié dans Infos du Monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article