Les trucs des restos pour nous faire consommer plus

Publié le par Planète-Eléa

  4

 

 

 

Pourquoi est-il si compliqué de choisir ce que l'on veut manger au restaurant? "Pas évident de lire un menu quand on a une faim de loup, qu'on a un peu forcé sur l'apéro ou qu'on essaie de plaisanter à table", confirme le Guardian. Dès lors, ce n'est pas un hasard si les menus nous proposent bien plus de choix que ce dont on pourrait avoir envie, révèle une nouvelle étude de l'université de Bornemouth.

 


Comme l'a si bien dit le psychologue Howard Moskowitz, cité par le Guardian, quand il s'agit de commander à boire et à manger, "l'esprit ne sait pas ce que veut la langue". Mais il existe un certain nombre d'astuces que les restaurateurs utilisent pour nous influencer.

En premier lieu, le fardeau du choix. "Nous avons tenté d'établir le nombre idéal d'entrées, de plats et de desserts sur un menu", raconte le professeur John Edwards. La réponse: ni trop ni pas assez! Dans un fast-food, les gens veulent six options par catégorie, alors que dans un établissement classique, ils préfèrent sept entrées, dix plats et sept desserts.

Ce choix si difficile explique donc le succès de formules toutes faites, ou encore des restaurants à tapas, qui enlèvent cette lourde responsabilité de nos épaules en nous permettant de goûter à plusieurs petites choses.

Ensuite, le cauchemar de la mise en page des menus. Il est évident que les menus des restaurants sont agencés de manière à mettre en valeur les plats les plus chers. Notre regard les parcourt généralement en suivant une forme de Z, et en commençant par le coin supérieur gauche. Nos yeux sont ensuite attirés par les éléments placés dans des cadres, dans des couleurs différentes, en gras ou à côté d'images.

On peut aussi jouer sur le langage de la nourriture. "Donnez un label ethnique à votre plat", recommande un autre psychologue. "Par exemple, avec un nom italien, les gens vont penser que le plat est plus authentique." Les descriptions évocatrices vont aussi titiller la curiosité des clients.

Enfin, le son et l'atmosphère. Les chercheurs de Bornemouth assurent que la musique classique nous pousse à commander des vins chers, une musique lente et une odeur de lavande nous invitent à rester plus longuement dans le restaurant, tandis qu'une musique pop plus entraînante augmente la consommation de sodas.

 

Par http://www.7sur7.be

Publié dans Divers

Commenter cet article