"Lola" de Brillante Mendoza ou la saison des larmes

Publié le par Planète-Eléa

 

 

agoravox_3.jpg

 

 

Le dernier film du cinéaste philippin Brillante Mendoza Lola, projeté en ouverture du 12e Festival du Film Asiatique de Deauville, se déroule à Manille, dans un quartier pauvre, inondé par les pluies de la dernière mousson. Là, vit une grand-mère dont le petit-fils vient d’être assassiné. La première scène nous la montre sous la pluie avec l’un de ses petits-enfants qui tente désespérément d’allumer une bougie qu’elle désire déposer à l’endroit même où, la veille, son petit-fils a été poignardé. Mais les rafales de vent, la pluie intense qui tombe en lourdes vagues ne cessent d’éteindre la flamme et nous voyons la vieille femme lutter contre les éléments comme elle a toujours lutté contre les duretés de la vie. Mendoza nous dépeint sa capitale comme une sorte de nasse immense où sont pris en otages de la pauvreté, de l’eau, un petit peuple de gens dignes qui donnent à cette misère une sorte de grandeur. Rien de pleurnichard dans le portrait de ces deux femmes âgées autour desquelles s’articule l’histoire, l’une s’efforçant à surmonter son deuil, l’autre la douleur de savoir son petit-fils criminel. Elles finiront par trouver un accord amiable qui permettra au jeune délinquant de ne pas s’abimer davantage dans l’atmosphère glauque d’une prison. Tout cela nous est raconté avec un réalisme empreint d’une profonde humanité, par petites touches, en une suite de scènes qui nous fait partager dans les détails les plus banals, mais aussi les plus touchants, le quotidien de ces familles qui luttent afin de survivre au milieu d’innombrables difficultés avec un courage extraordinaire.

 

Aucune complaisance de la part de Mendoza pour solliciter l’émotion du public. Non, la vie y est montrée telle quelle, les visages à nu, malmenés par la vie dure. Lola signifie grand-mère en Tagalog. Il y a une scène où l’une de ces vieilles femmes doit fournir des photos d’identité et, pour ce faire, entre dans une cabine photomaton. Mais sur les clichés, on s’aperçoit qu’elle ferme les yeux et il faut donc recommencer la séance et payer à nouveau 50 pesos. Le symbole sous-jacent n’est-il pas que cette vieille femme s’est refusée à affronter son propre visage et a volontairement baissé les paupières. Il y a ainsi de nombreuses scènes semblables à de délicats pastels, en contre-plan et contre-partie de la description à couleurs vives, à bruits stridents, qui est celle de la ville de Manille, de la population, des éléments qui se déversent en cataractes sur les quartiers grouillants.


Celui de Malabon, où se passe le film, est inondé quasiment en permanence et oblige la population à vivre dans des conditions précaires, mais ces malheureux n’ont nulle part où aller, les loyers étant trop onéreux dans des quartiers plus salubres. Malgré ces difficultés, ils parviennent à trouver des solutions à leurs problèmes.

Le film a été tourné à la saison des pluies. Mendoza souhaitant des ciels sombres pour mieux exprimer la douleur secrète des deux grands-mères. Et la pluie, n’est-ce pas les larmes qu’elles cachent et, pour elles deux, n’est-ce pas la saisons des larmes ?


Les rôles sont tenus par des actrices professionnelles ; Anita Linda, 84 ans, est Sépa, la grand-mère de la victime ; Rustica Carpia, 79 ans, est Puring, l’aïeule du jeune criminel. Elles semblent avoir été filmées par une caméra invisible tellement elles sont surprenantes de naturel. En présentant son film, Mendoza a insisté sur l’importance du rôle des grands-parents dans la société philippine. J’ai eu du mal - a-t-il avoué - à financer mon film, les rôles titres appartenant à de vieilles femmes. Des vieilles femmes qui s’avèrent être les piliers des familles, oeuvrent pour le meilleur, sans haine, sans rancoeur et tentent de sauvegarder ce qu’il reste d’humain en ce monde. Au milieu d’une jeunesse captivée par la vie moderne, la drogue, le sexe, la violence, elles sont les gardiennes d’une tradition fondée sur la famille et le respect de l’autre.


Un très beau film, dont l’auteur ne nous a pas caché qu’il lui tenait particulièrement à coeur. J’ai aussitôt pensé qu’il avait dû beaucoup aimer sa Lola...

 

Documents joints à cet article

Lola de Brillante Mendoza ou la saison des larmes Lola de Brillante Mendoza ou la saison des larmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article