Manger cinq jours sur sept : le régime en vogue

Publié le par Planète-Eléa

 

 

 

 

Oubliez Dunkan et Weight Watchers, le dernier régime qui fait fureur en ce moment se nomme 5:2. Le principe est le suivant: vous pouvez manger normalement pendant cinq jours de la semaine, à condition de jeûner durant deux jours, ou au moins de restreindre fortement votre alimentation.

Comme l'explique le Huffington Post, ce régime a été imaginé fin 2011 par un oncologue et une nutritionniste de l'hôpital universitaire de South Manchester. Afin de maintenir le poids d'équilibre de leurs patientes souffrant d'un cancer du sein, car le surpoids favorise l'apparition de tumeurs, Tony Howell et Michelle Harvie leur ont imposé une diète de deux jours, sans restriction le reste de la semaine. Résultat: elles ont perdu plus de poids qu'en suivant un régime normal qui s'étale sur sept jours.

"On sait depuis longtemps qu'il faut réduire les apports caloriques de 25% pour que l'organisme commence à puiser dans ses réserves", rappelle Michelle Harvie. "Grâce à cette étude, on s'est rendu compte qu'il était plus efficace de réduire de manière importante son alimentation deux jours par semaine, plutôt que de réduire tous les jours 25% de ses apports alimentaires."

Petites précisions: les deux journées de jeûne ne doivent pas forcément se suivre. D'ailleurs, on conseille de le faire plutôt pendant la semaine de travail, afin de ne pas craquer si on reste chez soi le week-end par exemple. Vous ne pouvez pas manger plus de 500 calories par jour (600 pour les hommes) et il vaut mieux éviter le pain, le sucre, les céréales ainsi que les mauvaises graisses. Privilégiez les légumes et les protéines.

Et quand on dit qu'on peut manger normalement le reste de la semaine, cela ne veut pas dire qu'on peut complètement se lâcher et se nourrir exclusivement de pizzas et de frites. Pour constater des effets réels, sur le poids et sur la santé, cette hygiène de vie doit s'inscrire sur le long terme.

 

Par http://www.7sur7.be/

Publié dans Infos santé

Commenter cet article