Médicaments : comment acheter sur Internet en toute sécurité ?

Publié le par Planète-Eléa

 

Le ministère de la Santé tient à jour la liste des sites Internet autorisés à vendre des médicaments.

« Attention aux contrefaçons. Elles sont dangereuses pour votre santé ». Le ministère de la Santé lance une campagne d’information sur la vente en ligne de médicaments. Elle met l’accent sur les consignes à suivre pour acheter en toute sécurité, face à un système de fraudes qui s’organise. Et qui apparaît bien puissant, comme le souligne un rapport de l’Institut de recherche anti-Contrefaçon de Médicaments (IRACM) publié ce mercredi.

La vente de médicaments sur Internet est encadrée en France depuis le 2 janvier 2013. Les pharmaciens en question doivent se conformer à un cahier des charges strict. Les sites autorisés doivent impérativement être « adossés à une officine de pharmacie physique », explique le ministère. Il rappelle également que seuls « les médicaments non soumis à prescription obligatoire peuvent être vendus sur Internet ».

Dans le cadre de cette campagne, le ministère a mis en ligne la liste des sites français autorisés par les pouvoirs publics. Laquelle était pour l’heure consultable sur le seul site de l’Ordre des Pharmaciens.

A ce jour, 60 sites sont autorisés à la vente de médicaments en France. « A l’avenir », ils seront facilement identifiables par la présence d’un « logo commun reconnaissable dans l’ensemble de l’Union européenne. Il sera affiché sur toutes les pages du site web vendant des médicaments et renverra vers les sites de l’Ordre des pharmaciens et du ministère chargé de la santé ».

 

Lutter contre les sites pirates

Pas sûr toutefois que cela échaude les fraudeurs potentiels…  A peine trois semaines après l’entrée en vigueur (le 12 juillet) du décret encadrant cette pratique, l’Ordre national des Pharmaciens avait déjà épinglé 11 sites qui n’avaient reçu aucune autorisation de vente.

Un rapport de l’Institut de recherche anti-Contrefaçon de Médicaments (IRACM) publié ce 25 septembre suscite également de nombreuses inquiétudes. L’on y apprend notamment qu’à l’échelle mondiale, 95% des pharmaciens en ligne exercent illégalement. Ses auteurs expliquent encore que si « le système français reste encore relativement protégé, des trafics s’organisent autour, notamment de filières asiatiques d’importations illégales ».

Dans ce contexte, le Collectif des groupements de pharmaciens (CNGPO) appelle à la vigilance. « Nous invitons nos concitoyens à la plus grande prudence, leur recommandant de venir chercher leurs commandes en ligne à l’officine et bénéficier, si nécessaire, du conseil du pharmacien », concluent-ils.

 

 

Ecrit par : David Picot – Edité par : Emmanuel Ducreuzet - http://destinationsante.com

Source : Ministère de la santé, 23 septembre 2013 – CNGPO, 24 septembre 2013 – IRACM, 25 septembre 2013

Publié dans Infos santé

Commenter cet article