Pleurtuit : La mort de Nicodème est un "tragique accident"

Publié le par Planète-Eléa

 

infos.jpg

 

 

 

Le petit Nicodème Coste, 22 mois, est mort par noyade, à la suite d'un «tragique accident». C'est ce qu'a révélé le procureur Alexandre de Bosschère, hier, à Saint-Malo.

 


«L'autopsie a conclu à une mort par noyade. L'heure du décès, qui est survenu rapidement, correspond à celle de la disparition del'enfant». C'est par ces mots qu'Alexandre de Bosschère, procureur de la République de Saint-Malo, a définitivement mis fin, hier, aux interrogations entourant le décès, samedi, du petit Nicodème Coste, 22 mois. Son corps avait été retrouvé lundi matin, à Pleurtuit (35), gisant dans la fosse septique située dans le jardin de ses grands-parents, chez qui il devait passer des vacances en famille. Exit, donc, «le fantasme de l'intervention d'une tierce personne, venant déposer le corps du petit garçon dans la fosse le lendemain de sa disparition», souligne le procureur. L'expertise anatomopathologique du corps, ainsi que la comparaison entre les liquides prélevés dans les poumons et l'estomac de l'enfant et ceux contenus dans la fosse septique, devraient très certainement confirmer que cette hypothèse ne tenait pas la route. «L'enquête exclut également lathèse du basculement de la dalle en béton recouvrant la fosse», a immédiatement précisé Alexandrede Bosschère. Dans la mesure où, la veille, ce dernier avait déjà annoncé qu'aucune lésion externe, pouvant résulter de violences, n'avait été constatée sur le corps de Nicodème, la seule hypothèse plausible reste donc celle d'un décès accidentel. Un décès consécutif à un jeu entre enfants ayant mal tourné? Àl'oubli d'un adulte de refermer la fosse après l'avoir ouverte? Plusieurs pistes sont à l'étude. Toutefois, le procureur n'a pas souhaité en dire davantage, se contentant d'évoquer «un tragique accident».

«Une famille très digne»

D'autant que les auditions se poursuivent. Hier encore, la famille de Nicodème, «très digne, responsable et parfaitement coopérante», selon les termes employés par lemagistrat, était entendue par lesenquêteurs. Notamment les trois frères du petit garçon, ainsi que sa cousine, les derniers à l'avoir vu en vie. Car une autre question reste sans réponse: qui a recouvert l'ouverture de la fosse avec cette dalle circulaire en béton, pesant 15kilos, alors que la jeune victime venait de s'y noyer?



«Aucun élément ne laisse penser à un acte de malveillance par quiconque. Qu'il s'agisse d'un membre de la famille ou d'une personne extérieure à celle-ci», a répondu le procureur de Bosschère. Unhomme convaincu que celui qui a replacé cette dalle ne savait pas ce qui venait de se produire. «La justice en est arrivée à un point où elle recherche moins la mise en cause de quelqu'un que des éléments permettant d'expliquer à la famille ce qui s'est réellement passé», aconclu le magistrat. Comme pour mieux signifier que la famille vivait dans une telle souffrance qu'il n'était peut-être pas nécessaire qu'on cherche absolument à trouver un coupable.

Publié dans Infos du Monde

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article