Tatiana Golovin topless : L'ex-star du tennis dévoile ses formes et ses tatouages

Publié le par Planète-Eléa

 

Tatiana Golovin topless sur Twitter le 26 août 2013.
  
  
 

Tatiana Golovin topless sur Twitter le 26 août 2013. 

 

À l'instar de la pionnière Anna Kournikova ou encore de Maria Sharapova, Tatiana Golovin fait partie de ces tenniswomen à n'avoir jamais eu peur de se dénuder dans les magazines... Aujourd'hui reconvertie en consultante télé, celle qui avait fièrement posé en couverture de Sports Illustrated   s'est cette fois dévoilée... sur Twitter ! Où elle s'est carrément photographiée topless...

 


Les plus de 25 000 abonnés au compte de Tatiana Golovin ont eu droit à un joli cadeau. Ce dimanche 24 août, l'ancienne numéro 12 mondiale de tennis a publié un cliché d'elle fort mystérieux tout en dévoilant ses formes. Sur cette autoportrait, elle apparaît en effet topless de dos, se tenant la poitrine de la main droite et les cheveux relevés sur la nuque. Une image qui permet également de distinguer les nombreux tatouages de la consultante de France Télévisions dont une lettre chinoise en bas du dos ou encore quelques petites étoiles au poignet gauche. Le sens de cette image ? Mystérieux, comme le prouve la légende empruntée à l'écrivain Oscar Wilde : "Les femmes sont faites pour être aimées, pas comprises."

Retirée des courts depuis 2009 et installée à New York, Tatiana Golovin fait en tout cas toujours parler d'elle. La délicieuse blonde de 25 ans, qui officie en tant que consultante pour France Télévisions mais aussi Canal+, n'hésite jamais à dévoiler sa vie privée à ses abonnés sur Twitter. L'ex-joueuse franco-russe, qui avait notamment connu une relation amoureuse avec l'enfant terrible de l'équipe de France de foot Samir Nasri, a ensuite posté quelques clichés de la cérémonie des MTV Video Music Awards où, en compagnie des tennismen Stanislas Wawrinka et Benoît Paire, elle a eu la chance d'assister au triomphe de Justin Timberlake ou encore à la déjà culte chorégraphie hot de Miley Cyrus.

Commenter cet article