Vacances : comment occuper les enfants en voiture ?

Publié le par Planète-Eléa

 

Avant de prendre la route, prévoyez quelques animations.

« C’est quand qu’on arrive ? » Pour bien des familles, voici la phrase qui symbolise le début des vacances… Mais lorsqu’elle commence à résonner tel un leitmotiv, elle a tendance à insupporter Papa comme Maman. Un conseil, anticipez. Prévoyez quelques distractions qui vous permettront d’occuper vos petits sur le trajet. Si vous êtes à court d’idées, en voici quelques-unes…


Quel que soit l’âge de votre enfant, aidez-le à préparer un sac qu’il conservera. Il y glissera quelques jouets, une éventuelle console, ses lunettes de soleil, une bouteille d’eau voire son doudou. Comme le précise l’association Prévention routière, sur son site Internet, « veillez à ce qu’il n’emmène ni jouets pointus, ni objets coupants »…

Pour le trajet prévoyez quelques animations. Les plus petits apprécient les chansons. Sinon, les idées de jeux ne manquent pas : le ni oui, ni non, un animal dans la tête  (par des questions, vous essayez de deviner l’animal auquel il pense). Ce dernier jeu se décline aisément avec les aliments, les plats, les objets, les villes etc…

Et les plus grands (8-12 ans) ? Entre deux séances de console, efforcez-vous de leur proposer des jeux pédagogiques. Comme le fait de mémoriser les départements en fonction du numéro sur les plaques d’immatriculation des voitures croisées. Ou de deviner les capitales européennes. Plus ludique, le jeu de l’alphabet mettra une bonne ambiance dans la voiture : le premier joueur démarre une phrase par la lettre A, le second lui répond par une autre débutant par un B, le troisième, un C etc…

 

Des pauses régulières pour se défouler

Ils adoreront aussi le jeu du premier qui trouve… une fleur, un prénom et un animal qui commence par un… D ! Ou celui de la phrase la plus longue. L’idée étant de répéter une phrase en la complétant à chaque fois. Le mot caché (par un BIP) connaît également un franc succès.

Au-delà des jeux, prévoyez encore de quoi faire diversion dans les éventuels embouteillages. Quelques gâteaux ou barres de céréales par exemple. Sachez enfin que vos enfants – comme vous d’ailleurs – tireront grand profit des pauses régulières. Idéalement toutes les deux heures. Préférez bien sûr les endroits où ils pourront se défouler en toute sécurité : courir, sauter et encore crier. Avec un peu de chance, cet arrêt sera suivi d’une p’tite sieste…

 


Ecrit par : David Picot – Edité par : Emmanuel Ducreuzet - http://destinationsante.com/

Source : Association Prévention routière, site consulté le 11 juillet 2013

Publié dans Infos santé

Commenter cet article