Voilà pourquoi il faut toujours se démaquiller avant d'aller dormir

Publié le par Planète-Eléa

    

 

 


On nous l'a assez répété, pourtant, qui n'a jamais oublié de se démaquiller un soir de fête un peu trop arrosée ou de profonde flemme? Selon une enquête récente, une femme sur trois confesse qu'il lui arrive d'aller au lit encore maquillée au moins deux fois par semaine, rapporte le Daily Mail. Afin de vérifier les effets d'un tel oubli sur sa peau, une journaliste du site britannique a mené l'expérience durant un mois: elle s'est maquillée tous les jours comme d'habitude sans jamais nettoyer son visage. Résultat: les images parlent d'elles-mêmes. Les experts estiment que la peau d'Anna a vieilli de dix ans.

Maman de deux enfants, Anna Pursglove, 40 ans, explique que c'est avant tout une question de priorités pour elle. Typiquement, le soir, elle doit faire la vaisselle, ranger les jouets, répondre à ses mails, se laver, remplir les journaux de classe, et préparer les habits du lendemain. L'étape du démaquillage arrive donc en bas de cette liste quotidienne. Un peu de fond de teint, du mascara et du gloss, "ça peut vraiment faire tant de mal que ça à ma peau?", se demande Anna.

Place à l'expérience. Après avoir mesuré l'état de sa peau en 3D dans une clinique spécialisée, Anna applique son maquillage habituel le matin, puis se couche le soir sans le retirer. Elle lave son visage en vitesse quand elle prend sa douche le lendemain, se remaquille, et ainsi de suite. Pendant un mois. Dès le troisième jour, sa peau devient rouge et très sèche. Ses cils sont tout collés. Elle a les lèvres gercées et des boutons tous les jours. Un matin, elle ne parvient plus à ouvrir son oeil gauche, trop gonflé. Au bout d'un mois, Anna a peur d'avoir endommagé sa peau de manière permanente et irréversible.

Quand elle retourne à la clinique, elle constate les dégâts. Son visage est "douloureusement desséché". Du côté gauche, du côté où elle s'endort, la qualité de sa peau a empiré de 20%. Les rides de son front sont devenues plus profondes. Sa peau est sensible et rouge. Ses pores se sont élargis. D'un point de vue biologique, les experts estiment que la peau du visage d'Anna a pris dix ans. Un dommage permanent? La dermatologue la rassure: "Non, ce n'est pas trop grave sur quatre semaines, mais à long terme, ça peut le devenir." En tout cas, Anna ne zappera plus l'étape du démaquillage désormais, c'est certain.

 

Par http://www.7sur7.be/

Publié dans Infos santé

Commenter cet article