Des substances chimiques plein le cartable !

Publié le par Planète-Eléa

A quelques jours de la rentrée des classes, l’UFC-Que Choisir publie les résultats de tests portant sur d’éventuelles substances indésirables dans les fournitures scolaires. Et les résultats sont pour le moins alarmants : des perturbateurs endocriniens dans certains crayons ou encore du formaldéhyde irritant dans un stick de colle. Dès à présent, l’association demande « le retrait d’un produit non conforme et qu’il soit mis fin au plus vite à l’absence aberrante de réglementation spécifique pour ces produits au niveau national ou européen. »

 

Stylos billes, cartouches d’encre, crayons de papier et de couleurs, colles, feutres parfumés … L’UFC-Que Choisir a recherché la présence de perturbateurs endocriniens, de composés cancérogènes, toxiques ou allergisants dans 52 articles de fournitures scolaires couramment trouvés dans le cartable des écoliers.

« Sur 52 produits testés, 19 d’entre eux, soit plus du tiers de l’échantillon, sont à éviter et contiennent un triste florilège de substances indésirables », alarme l’association. « Des phtalates perturbateurs endocriniens dans des crayons de couleur et dans des crayons de papier, du formaldéhyde irritant dans un stick de colle. Quant aux encres, on peut y trouver selon le cas, des impuretés cancérogènes, des conservateurs ou des parfums allergisants. »

Des zéros pointés et quelques bonnes notes

Et bien entendu, les marques « prestigieuses » ne sont pas gages de qualité. « Au rayon des stylos et feutres parfumés par exemple, c’est un produit Bic qui contient le plus d’allergènes et pour les cartouches d’encre, c’est chez Waterman et Paper Mate que nous avons trouvé les teneurs les plus élevées en méthylisothiazolinone, un conservateur particulièrement allergisant », insistent les auteurs.

« A l’inverse, certains articles bon marché des marques de distributeurs (MDD) sont plusieurs fois au tableau d’honneur avec Auchan (stylos billes noirs corps transparents, rollers effaçables noirs et crayons de couleurs), Carrefour (crayons de papier 1er prix) et Intermarché (bâton de colles). Pour autant, toutes les MDD ne se valent pas : ainsi les produits  Esquisse de chez Leclerc reçoivent le bonnet d’âne à quatre reprises (pour les crayons de papier, les crayons de couleur, les stylos-billes noirs corps transparents et les colles en stick) ! ».

Ces résultats n’ont bien entendu rien d’anodin. « Les substances nocives peuvent ainsi être ingérées lorsque les enfants mordillent les stylos et les crayons, ou passer à travers leur peau lorsque ceux-ci se tâchent les doigts avec de l’encre ou de la colle. Il faut rappeler que des expositions aux perturbateurs endocriniens à un stade précoce du développement des enfants amplifient grandement les risques d’impact. »

Une législation, et vite !

« Pourtant, mis à part les feutres parfumés Giotto Turbo scents qui contiennent des allergènes interdits (pour lesquels l’association a demandé le retrait ndlr), aucun des produits testés n’est en infraction car ils bénéficient d’une situation réglementaire aussi vague que laxiste ».Il apparaît en effet qu’aucune réglementation spécifique pour les fournitures scolaires, comme c’est le cas pour les jouets par exemple, ne soit en vigueur. « Les fabricants peuvent donc se prévaloir du cadre réglementaire qui les arrange le plus ».

 
 

Publié dans Infos santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article