Dieux du stade 2014 : Sensualité et nudité pour le calendrier du Stade Français

Publié le par Planète-Eléa

 

Clément Daguin, Hugo Bonneval et Jules Plisson prennent la pose dans le calendrier 2014 des Dieux du stade
  
  
 

Clément Daguin, Hugo Bonneval et Jules Plisson prennent la pose dans le calendrier 2014 des Dieux du stade

 

Alors que le froid s'abat doucement mais sûrement sur la France, voilà un calendrier qui pourrait réchauffer les sens de tout le monde. Les Dieux du stade sont de retour, pour le plus grand plaisir des yeux. Une mouture 2014 qui ne laissera personne indifférent et qui fait la part belle aux invités.

 


Si les années précédentes, le photographe François Rousseau avait opté pour de sublimes mises en scène, Fred Goudon, qui revient aux affaires après une pige en 2006, a lui choisi de rester dans le minimaliste. Un rugbyman, nu, face à l'objectif avec pour seul décor les travées du nouveau stade Jean-Bouin, l'antre du Stade Français à l'origine de cette initiative qui chaque année séduit de plus en plus de monde.

Pour ne pas déroger à la tradition, le Stade Français a une nouvelle fois invité de sportifs externes au rugby à venir de déshabiller. On retrouve ainsi Nikola Karabatic, qui n'en est pas à sa première mais étalement Olivier Giroud, buteur de l'équipe de France et d'Arsenal, sacré il y a quelque temps joueur le plus sexy de la Ligue 1 par le magasine Têtu. En noir et blanc ou en couleurs, dans les tons bleutés ou sépia, on retrouve les joueurs du Stade Français, comme les jeunes espoirs Jules Plisson, Hugo Bonneval ou Clément Daguin, au côté de Djibril Camara ou Alexandre Flanquart, lui aussi jeune espoir du Stade Français qui a les honneurs de la couverture.

Outre les quelques clichés pour éveiller les sens, le Stade Français s'est plongé dans les coulisses du tournage pour offrir des vues inédites de l'anatomie de nos athlètes. Une petite cerise sur le gâteau qui ne laissera personne indifférent !

Commenter cet article