Les Anges de la télé réalité 5 - Episode 47 + Mag du 02/05/13 en vidéo

Publié le par Planète-Eléa

video.jpg

 

Les Anges de la téléréalité 5 : Geoffrey et Capucine, couple en vue ?
Le supermarché de l’amour


Aujourd’hui, dans Les Anges de la téléréalité 5 : Samir se glisse dans la peau d’un soldat nazi, Frédérique veut déclencher la troisième guerre mondiale et Geoffrey se rapproche de Capucine.

Oups, on a manqué l’épisode d’hier. Mais à voir le résumé, on n’a pas loupé grand chose à part un petit clash entre Alban et Frédérique. Ouf, on respire. Celui d’aujourd’hui commence à Los Angeles, où Samir doit passer une audition pour tenter de décrocher un petit rôle dans un film d’horreur. Alors qu’il avait le choix entre plusieurs personnages à interpréter, le mannequin choisit d’incarner Krieger, un soldat nazi de la deuxième guerre mondiale. Un vrai rôle de composition pour Samir, qui n’a jamais été allemand, ni nazi, ni même soldat d’ailleurs. Pourtant, malgré ses problèmes d’acting et d’accent, le beau gosse a l’impression que tout s’est bien passé : « Je ne me suis pas ridiculisé. Ils n’ont pas perdu leur temps. » Mais il n’y avait pas vraiment de quoi prendre la confiance, car l’assistante du producteur lui fait vite savoir qu’on « le tiendra au courant ». « C’est plutôt bon signe », se dit Samir, qui ne comprend pas qu’en fait, c’est très mal engagé pour sa carrière dans le cinéma.

A Miami, la journée de l’embrouille se poursuit tranquillement. En ce début de soirée, l’ambiance est polaire dans la villa. Tout le monde a le visage fermé et les piques s’enchaînent. Fred menace de ne plus manger ce que Marie prépare à manger, Marie crie, Fred hurle, et Amélie explose. Heureusement, l’arrivée de Gilles Luka et de la chanteuse de son groupe calme les plus énervés. En interprétant Ocean Drive Avenue, tous mettent de côté leur colère. Tous ? Non, car une irréductible candidate résiste encore et toujours à la bonne humeur : Frédérique, qui ne veut pas chanter. « Je ne veux pas me mélanger à certains Anges. Je suis pas une faux-cul », grogne la doyenne.

Le lendemain matin, alors que la plupart des habitants se réveillent en super forme, Frédérique continue de marmonner dans sa chambre, jurant que « l’heure est à la vengeance » et qu’elle va « déclencher la troisième guerre mondiale ». Pour s’évader du climat glacial de la villa – et un peu pour draguer – Capucine propose à Geoffrey d’aller faire les courses. Après plusieurs aventure rocambolesques (« C’est où les tomates pelées ? C’est quoi des tomates pelées ? »), Capu et Geogeo finissent par remplir leur caddie. A la caisse, Geoffrey a l’idée soudaine d’offrir un bouquet de roses à Capucine, qui sourit jusqu’aux oreilles. Comme quoi, l’amour est partout, même à l’angle du rayon boîtes de conserve.

Voici.fr

 

 

 

 

 

 

Commenter cet article