Prématurés : aider leurs poumons à respirer

Publié le par Planète-Eléa

Les poumons des prématurés sont souvent immatures. ©Phovoir

Les poumons des prématurés sont souvent immatures.

 

 

Les nourrissons nés prématurément sont davantage exposés à des troubles respiratoires. La raison en est simple, leurs poumons sont encore immatures. Ainsi lorsqu’une femme enceinte est à risque d’accouchement prématuré, les médecins peuvent lui administrer des corticoïdes afin d’accélérer la maturation pulmonaire de l’enfant à naître. Explications.

Les poumons fabriquent une substance appelée surfactant, qui tapisse la surface des alvéoles pulmonaires. Or les poumons des prématurés sont souvent trop immatures pour la synthétiser. C’est pourquoi, ces petits souffrent de détresse respiratoire et nécessitent une assistance ventilatoire dès les premières heures de vie.

Depuis quelques années, un traitement utilisé contre de nombreuses maladies, a révolutionné la néo-natalité. « Lorsqu’un accouchement prématuré est prévisible, des corticoïdes sont administrés à la femme enceinte le plus rapidement possible », indique le Dr Arnault Pfersdorff, pédiatre réanimateur à Strasbourg. Ils favorisent et accélèrent la maturation des poumons et donc, la fabrication naturelle de surfactant. « Les effets bénéfiques ont été observés lorsque le traitement était commencé entre 26 et 35 semaines d’âge gestationnel », indique une méta-analyse menée par la Cochrane Collaboration en 2006.

Pas de traitement systématique

« Souvent nous n’avons plus besoin d’intuber et de ventiler le nouveau-né, et la durée de séjour en réanimation est diminuée », se réjouit le Dr Pfersdorff. Même chez les petits nés moins de 24 heures après l’administration de la première dose, une réduction de la mortalité fœtale et néonatale a été constatée.

En revanche, selon la méta-analyse de la Cochrane Collaboration, lorsque le traitement avait été initié avant 26 semaines d’âge gestationnel, les résultats étaient décevants. Pour les nourrissons nés après 36 semaines, la mortalité fœtale et néonatale avait même tendance à augmenter. Même s’il ne s’applique pas à tous les cas, « ce traitement a révolutionné le devenir de nombreux prématurés », conclut Arnault Pfersdorff.

 

Ecrit par : Dominique Salomon – Edité par : Emmanuel Ducreuzet - http://destinationsante.com

Publié dans Infos santé

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article