Tensions familiales : préserver les enfants

Publié le par Planète-Eléa

 

Mieux vaut ne pas cacher d’éventuelles tensions aux enfants lors des fêtes, ils les ressentiraient de toute façon.

Vous entretenez des relations difficiles avec certains membres de votre famille ? Vous appréhendez le réveillon à venir ? Voici quelques pistes pour que tout se passe au mieux. Et surtout que les plus jeunes ne soient pas les spectateurs involontaires de vos conflits.


Acceptez vos émotions. Les remarques de votre belle-sœur ont le don de vous agacer ? Vous n’avez jamais réussi à pardonner certains épisodes de votre enfance à vos parents ? Autorisez-vous à ressentir ces émotions négatives. Votre objectif n’est pas de les nier, elles risqueraient d’imploser pour de bon. Prenez-les pour ce qu’elles sont. Un ressenti certes désagréable mais passager. Votre objectif : être pleinement dans l’instant présent, sans imaginer toutes les tensions qui pourraient survenir à table. Pour y parvenir, concentrez-vous sur votre souffle. A l’inspiration, sentez l’air pénétrer dans vos narines et repartir à l’expiration. Vous pouvez aussi vous répéter intérieurement « j’inspire, j’expire, j’inspire, j’expire » ou encore vous remémorer de bons souvenirs. Refaites mentalement une balade que vous aimez. En deux mots, faites des réserves de sérénité.

 

Expliquez la situation à votre enfant. Sans entrer dans les détails, avec des mots et des informations adaptés à son âge, dites à votre enfant ce qu’il en est. Tout comme il lui arrive d’être en colère après sa sœur ou un ami, vous aussi l’êtes après un membre de votre famille. Parlez bien de votre sœur et non de sa tante, tout comme vous parlerez de vos beaux-parents et non de ses grands-parents qui, même s’ils sont très gentils, vous énervent parfois. La nuance est importante car elle va l’aider à faire la part des choses et à prendre de la distance avec vos propres émotions. Et surtout, rassurez-le : non, il n’y est pour rien si vous êtes un peu énervée ou si vous avez pleuré tout à l’heure dans la cuisine.

 

Au besoin, isolez-vous. Votre mère, votre oncle ont dépassé les bornes ? Pour éviter d’exploser à table et de gâcher la fête, isolez-vous quelques minutes dans la salle de bain. Et puisque votre cerveau pour l’instant ne veut rien entendre – impossible de vous raisonner en vous répétant que ce n’est pas grave – répétez trois fois ce petit exercice de lâcher-prise. Prenez une grande inspiration puis bloquez votre souffle. Contractez tous les muscles de votre corps aussi fort que vous le pouvez en ne vous concentrant que sur ça. Relâchez tout en expirant le plus profondément possible et en secouant les bras et les jambes, un peu comme le font les athlètes avant une course. Tous ces conseils vous aideront à passer de bons moments, c’est sûr, et réussir votre réunion familiale.

 

 

Ecrit par : Aurélia Dubuc – Edité par : Vincent Roche - http://destinationsante.com/

Source : « Séparons-nous… mais protégeons nos enfants » de Stéphane Clerget chez Albin Michel ; « Au cœur des émotions de l’enfant » d’Isabelle Filliozat chez Marabout.

Publié dans Infos santé

Commenter cet article