Typhon Haiyan : une mobilisation mondiale

Publié le par Planète-Eléa

 

Etats, institutions, organisations non-gouvernementales : la communauté internationale se mobilise pour venir en aide aux centaines de milliers de sinistrés après le passage du typhon Haiyan, aux Philippines. Objectif : mobiliser des équipes d’intervention mais aussi les donateurs. A l’image de l’OMS, de Médecins Sans Frontières. Mais pas seulement.

Le typhon a ravagé la partie centrale de l’archipel vendredi matin avec des vents dépassant les 250 km/h. Selon le gouvernement philippin, près de 4,5 millions de personnes ont été touchées dans le centre du pays. En raison de l’ampleur et de la gravité du phénomène, les services de santé sont totalement débordés. Lorsqu’ils n’ont pas disparu…

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a ainsi envoyé des équipes à Bohol, à Cebu et à Tacloban. Comme l’expliquent ses représentants, elle s’est lancé dans une véritable course contre la montre pour répondre aux besoins les plus urgents. Elle coordonne également avec le gouvernement local, le travail d’une trentaine d’organisations humanitaires. Il s’agit notamment de mettre en place des hôpitaux de campagne et de faire en sorte que les fournitures médicales soient acheminées au plus près des victimes.

12 000 naissances à venir…

L’OMS a également envoyé quatre kits d’urgence comprenant des médicaments et des fournitures pour couvrir les besoins sanitaires de base de 120 000 personnes pendant un mois. Du matériel utile pour effectuer 400 interventions chirurgicales a aussi été déployé. Au même titre que des kits ‘maladies diarrhéiques’. Ces derniers renferment des médicaments et des fournitures susceptibles de traiter 3 000 cas de diarrhée aiguë. Il y a urgence : l’OMS estime notamment que 12 000 naissances se dérouleront au cours de ce mois de novembre dans les zones sinistrés.

De son côté Médecins Sans Frontières concentre son action sur le site de Tacloban, « une ville de 220 000 habitants, dévastée par le typhon ». Des équipes se rendent aussi dans les provinces de Leyte et de Samar. Du matériel de première nécessité (tentes, couvertures, kits d’hygiène, etc.) a été déposé. Au total 3 avions-cargos comprenant plus de 300 tonnes de matériel sont en cours d’acheminement, au départ de Dubaï et de la Belgique. Un 4ème avion-cargo devrait également décoller de Bordeaux ce mardi, avec du matériel médical et un hôpital gonflable.

©Croix Rouge française

 

Les appels aux dons se multiplient

« Nous avons la capacité d’intervenir en urgence grâce au soutien fidèle de nos donateurs. Pour l’urgence aux Philippines, et pour la totalité de nos actions en cours, comme en Syrie ou en République Centrafricaine, nous avons besoin aujourd’hui de mobiliser de nouveaux donateurs à nos côtés », explique Stéphane Roques, Directeur Général de Médecins Sans Frontières. Alors pour soutenir MSF, rendez-vous sur : www.msf.fr  et www.avecmsf.fr.

Sur place l’ONG Action contre la Faim est aussi fortement mobilisée. « L’une des urgences est d’apporter rapidement une eau traitée, afin d’éviter l’apparition de maladies », expliquent ses représentants. Vous pouvez envoyer vos dons sous enveloppe sans affranchir, à l’adresse suivante : Action contre la Faim – urgence Philippines – Libre réponse 64 731 – 75 681 Paris Cedex 14. Ou par l’intermédiaire du site internet.

Selon les dernières estimations de l’UNICEF, 4 millions d’enfants « pourraient maintenant être affectés par la catastrophe ». Pour en savoir davantage et effectuer un don en ligne : http://www.unicef.org/french/.

De nombreuses organisations humanitaires sont bien sûr mobilisées. C’est aussi le cas de :

A noter enfin que le Conseil de Paris a voté ce mardi matin une aide de 100 000 euros au profit du peuple philippin.

 

 

Ecrit par : David Picot – Edité par : Emmanuel Ducreuzet - http://destinationsante.com

Source : MSF, 12 novembre 2013 – OMS, 12 novembre 2013 – Action Contre la Faim, Secours populaire Française, Médecins du Monde, Croix rouge française, Mairie de Paris, sites consulté le 12 novembre 2013

Publié dans Infos santé

Commenter cet article